Le lycée Claude de France dans une BD !


Cousins de France ou maudits Français… Les liens entre le Canada francophone et l’hexagone restent toujours très forts. Cette fois-ci, c’est Marine Ribault et Xavier Crespo qui importent un peu de Romorantin là-bas.
Xavier est Romorantinais depuis l’âge de 10 ans, Marine y est née. Tous deux intègrent, pas dans les mêmes classes, l’école du Bourgeau, puis le collège de Vinci, ils poursuivent ensuite au lycée Claude-de-France, c’est là qu’ils lient connaissance. Lui en filière scientifique, elle, économique et social… 

Marine travaille dans la communication, Xavier, une fois ingénieur, dans la conception de jeux vidéo, tous deux à Lyon, puis Paris. Quand Xavier est muté au Québec en 2016, il s’y installe avec Marine et leur première fille.
Des bords du Saint-Laurent, Xavier vient de réaliser une bande dessinée Cohabitation, tome 1, mêlant science-fiction, humour et développement personnel. « Le lycée Claude-de-France, auquel je reste attaché, y tient une bonne place dans le décor comme une partie de l’action qui s’y déroule, car c’est ici que l’idée de cohabitation a germé. » Sans doute quand son esprit s’évadait…
Les deux Romorantinais viennent de créer leur maison d’édition MX Éditions, et si Xavier sort sa première BD, Marine s’est mise à l’écriture d’albums pour enfants, illustrés naturellement par Xavier.
L’association des anciens élèves du lycée, les Anciens du Bahut, va rencontrer le proviseur pour étudier comment, de Romorantin, ils vont pouvoir apporter leur soutien aux jeunes artistes et entrepreneurs. « Si nous venons à éditer pour des tiers, nous veillerons à ce que notre ligne éditoriale soit respectée : œuvres éthiques, destinées à l’éveil des consciences, où l’humour aura aussi toute sa place ! » insiste Marine.

Pour son démarrage, MX éditions lance un financement participatif : www.ulule.com/cohabitation. Pour commander « Cohabitation » en français ou en anglais, rendez-vous jusqu’au 22 avril pour permettre de quantifier le nombre d’exemplaires à tirer. 

Correspondant NR : Jean-Guy Foucard


Source : La Nouvelle République du 18 Avril 2021